Accueil Cinéma             Acueil 30enscene             votre avis sur cette page

( cliquer ici pour voir un projet concernant les cinéastes amateurs de PROVINCE )  

voir aussi

l'écriture :

choix du sujet

aide à l'écriture

storyboard


le plan :

la taille des cadres

taille des cadres

cadrage

zoom / travelling

choix de la focale

prof. de champ



la scène :

180° et dialogue

géographie créatrice

d'un élément à l'autre

rencontre

depth of field


raccords :

droite / gauche

cas extrème

dans le mouvement :

règle des 30 degrés :

180° OK :


techniques :

base d'optique

éclairage de base

le son

Rencontre sur la plage

Cet exemple de champ-contrechamp montre :
PLAN 1

Il situe un des personnages dans le décor.
Au fond, la haie de fagots permet le raccord avec le plan 2 et donne une indication de distance.
PLAN 2 :
Première phase:L'homme appelle en regardant dans la caméra.
Il est donc supposé que celle-ci est le personnage appelé et que celui-ci se trouve à environ huit ou dix mètres du premier.
Or la voix qui répond hors champs, nous apprend deux choses :
  • Que le personnage que, vraisemblablement, nous allons voir au plan suivant, est la jeune fille du plan 1.
  • Que celle-ci se trouve à au moins quarante mètres de l'homme, distance qui s'évalue à l'intensité du son et que confirme la perspective du plan 1.
Il faut en conclure que la taille de l'homme, c'est à dire l'échelle du plan 2, correspond à la "vision psychologique" de la femme.
Cette aberration DD' de la distance vient renforcer l'effet de subjectivité.
          
Seconde phase : Sans cesser de regarder la jeune femme, l'homme contourne la haie, accompagné par un travelling latéral droite-gauche.
La direction de son regard quitte l'objectif et, de plus, balaie vers la droite (vers la gauche de l'acteur), tout en se portant au-delà de la caméra.
Ceci correspond à un passage de la subjectivité à l'objectivité.
Il nous fait comprendre que l'appareil s'est dissociè du personnage hors champ qui, lui, est demeuré immobile.
A la fin du plan 2, l'homme regarde nettement vers la droite et légèrement vers le bas.
L'angle A mesure la correction apportée dans la directiondu regard pour compenser la "vision psychologique dont il est fonction.
PLAN 3 :

C'est le contrechamp : remontant la pente et la plage, la jeune femme court vers la gauche, le regard légèrement levé.
Un court panoramique droite-gauche l'accompagne.
Par la vertu du raccord, le spectateur comprend très bien qu'elle va vers l'homme.
PLAN 4 :

Un court panoramique, raccordé avec le précédent de même sens, amène la femme dans le cadrage désiré.
La rencontre entre les deux personnages est ainsi accptée tout naturellement, grâce au respect de la loi des 180°.

Par ailleurs il est toujours recommandé de faire suivre - ou de faire précéder - un champ-contrechamp par un plan qui englobera à la fois les éléments du champ et ceux du contrechamp...

extrait de "L'acteur et la caméra" de Philippe Durand (schémas de Michel Dery) Editions Techniques Européennes (1975)